Festival ManifestO

 

Photon1

Dans le cadre du Festival ManisfestO, qui se tiendra à Toulouse du 18 Septembre au 03 Octobre 2015

Alice Lévèque exposera deux séries :

« Petite » à la Galerie PHOTON, du lundi au ven­­dredi 08:00 – 19:00,
8 Rue du Pont Montaudran, 31000 Toulouse

« C’est beau une ville la nuit » au VILLAGE MANIFESTO, ouvert tous les jours de 13h à 20h et noc­tur­nes à 22h le samedi, Cours Dillon, 31000 Toulouse

En savoir plus : Festival – Manifesto – Toulouse

Grand Prix ETPA 2015

CréditPhotoLoicBonnaure

 

Attribué chaque année par un jury de professionnels, le Grand Prix ETPA 2015 a eu lieu à l’école le 25 juin dernier.

« L’exposition d’une sélection de travaux des séries photographiques des étudiants de 3ème année, installée dans les couloirs de l’école a pu être visitée par les invités juste avant l’entrée dans l’amphithéâtre, où se déroulait la soirée de fin d’études de nos étudiants.

 

Le jury qui s’était réuni la semaine précédente à Paris afin d’étudier les dossiers photographiques et de délibérer, était composé de :

Jane-Evelyn Atwood, de l’Agence VU
Emanuel Bovet

Alain de Baudus, du Studio Bleu Bengale
Pascal Clément, des Editions Jalou
Gilles Favier, de l’Agence VU et Directeur Artistique des Images Singulières de Sète
Philippe Grollier, du Collectif Temps Machine
Laëtitia Guillemin
Marie Karsenty, co-fondatrice de Signatures
– et Yann Rabanier, photographe portraitiste

 
Le Grand Prix Photo 2015 a été attribué à Alice Lévêque. »

Exposition collective galerie Pinxit

Pinxit

« Ils ont entre 20 et 27 ans, terminent leur deuxième année d’études de photographie à l’ETPA, célèbre école toulousaine, et exposent galerie Pinxit, place Saint-Etienne, leur travail documentaire sur les pays de l’ex-Union soviétique.

Alice Lévêque, Pauline Devès, Paul Gouëzigoux, Jimmy Beunardeau et Alexandre Chamelat sont des jeunes gens entreprenants. En complément de leurs études de photographie à l’ETPA, à Toulouse, ils ont décidé de partir en «commando» dans les Pays baltes pour confronter leur vision de ces pays qu’on imagine ternes, humides, encore marqués par la raideur soviétique. «C’est à Vilnius, en Lituanie, que nous sommes arrivés, le 23 octobre 2013, sur les terres baltes, racontent-ils. Transits par le froid et l’excitation de voir arriver notre camping-car, qui sera notre lieu de vie pour ces deux semaines de découverte… Nous voilà donc partis pour dix-sept jours de route, 2 800 kilomètres, entre terre et mer, et les forêts qui défilent à perte de vue. La plupart du temps nous nous quittions le matin et nous retrouvions le soir, après une journée de marche, de rencontres, et surtout des images plein la tête et plein les boîtiers»».
En savoir plus  :  Lire l’article en intégralité